Vous êtes un adulte et désirez entreprendre une démarche pour un diagnostic?

Cliquer ici pour avoir un bref aperçu de la procédure à suivre.


 

Le diagnostic


Les personnes qui consultent un professionnel de la santé et qui présentent des symptômes d'inattention, d'impulsivité, ou d'hyperactivité ne reçoivent pas nécessairement un diagnostic de TDA/H. Le TDA/H n’est pas un trouble facile à diagnostiquer. En effet, ce n'est pas parce qu'une personne bouge ou qu'elle est inattentive qu'elle a un TDA/H. D'autres pathologies médicales et psychiatriques et plusieurs situations psychosociales difficiles peuvent aussi entraîner des comportements qui ressemblent au TDA/H. Le diagnostic doit donc être posé par des professionnels de la santé qualifiés.

 

CRITÈRES DIAGNOSTIQUES DU TROUBLE

Référence aux critères diagnostiques du DSM-IV

  • La personne doit présenter six symptômes (ou plus) d'inattention et/ou six symptômes (ou plus) d'hyperactivité/impulsivité.
  • Ces symptômes doivent se retrouver dans au moins deux types d’environnement différents (école, travail, maison).
  • Ces symptômes doivent altérer de façon significative le fonctionnement affectif, social, scolaire ou professionnel de la personne.
  • Ces symptômes ne sont pas survenus spontanément et ne peuvent pas être expliqués par un autre problème de santé mentale (anxiété, dépression, trouble de la personnalité).

L'individu atteint doit présenter au moins six symptômes d'inattention et/ou six symptômes d'hyperactivité, de façon répétée et à un niveau inadapté, et incomparable avec le niveau de développement normal pour l'âge. Voici les critères à observer (Source : www.attentiondeficit-info.com) :

INATTENTION

  • Il prête difficilement attention aux détails, il fait des erreurs d’inattention.
  • Il a du mal à soutenir son attention.
  • Il ne semble pas écouter quand on lui parle directement.
  • Il ne se conforme pas aux consignes ou il ne termine pas ses tâches (sans qu'il s'agisse de comportements d’opposition).
  • Il a de la difficulté à planifier et à organiser ses travaux ou ses activités.
  • Il évite certaines tâches ou il les fait à contre-cœur, surtout si elles nécessitent un effort mental soutenu.
  • Il perd des objets nécessaires à son travail ou à ses activités.
  • Il est facilement distrait par des stimuli externes.
  • Il fait des oublis fréquents dans la vie quotidienne.

HYPERACTIVITÉ - IMPULSIVITÉ

Hyperactivité motrice

  • Il remue souvent les mains et les pieds, il bouge sur son siège.
  • Il se lève souvent dans des situations où il doit demeurer assis.
  • Il court ou il grimpe partout (en vieillissant : sensation de fébrilté ou de bougeotte).
  • Il a du mal à se tenir tranquille à l'école, au travail ou dans ses loisirs.
  • Il est souvent fébrile ou survolté.
  • Il parle souvent trop.

Impulsivité

  • Il répond aux questions avant qu’on ait terminé de les poser.
  • Il a de la difficulté à attendre son tour.
  • Il interrompt souvent autrui, il impose sa présence.

Sous-types :

  • Déficit de type mixte ou combiné : les critères INATTENTION et HYPERACTIVITÉ/IMPULSIVITÉ sont présents.
  • Déficit de type inattention prédominante : les critères INATTENTION sont présents.
  • Déficit de type hyperactivité/impulsivité prédominante : les critères HYPERACTIVITÉ/IMPULSIVITÉ sont présents.

VIDÉOS SUR LE SUJET

Ce n'est pas parce qu'une personne bouge ou qu'elle est «dans la lune» que c'est nécessairement dû à un TDAH!  Beaucoup d'autres pathologies médicales et psychiatriques et plusieurs situations psychosociales difficiles peuvent aussi entraîner des problèmes qui ressemblent au TDAH ou qui peuvent le compliquer. Cette capsule révise les critères diagnostiques pour faire un diagnostic de TDAH et présente un portrait des problématiques qui peuvent mimer (diagnostic différentiel) un tableau de TDAH ou le compliquer (comorbidités).

Cette capsule est un extrait de la conférence du docteur Annick Vincent «Le TDAH chez nos jeunes qui grandissent» réalisée le 17 octobre 2012 au cégep de Sainte-Foy. (20 min.)

Il n’existe pas de test sanguin, d’imagerie médicale ou de tests neuropsychologiques qui peuvent confirmer ou éliminer un diagnostic de TDAH. La démarche diagnostique doit être faite par un clinicien qui connait bien le TDAH. Cette capsule révise la démarche diagnostique du TDAH selon les lignes de pratiques canadiennes, propose des outils pour mesurer les symptômes et leurs impacts dans les différentes sphères de vie et suggère que faire si l’on suspecte un TDAH chez son enfant ou pour soi-même.

Cette capsule est un extrait de la conférence du docteur Annick Vincent « Le TDAH chez nos jeunes qui grandissent » réalisée le 17 octobre 2012 au cégep de Sainte-Foy. (15 min.)


À LIRE