Les causes et faits


ÉTUDES SUR LE TDA/H

De nombreuses études scientifiques effectuées auprès de plusieurs milliers d’enfants, d’adolescents et d’adultes ayant un TDA/H ont démontré que :

  • Le trouble est héréditaire ou génétique dans la majorité des cas;
  • Le trouble touche approximativement 5 à 10% de la population;
  • Malgré la hausse des diagnostics, l’incidence n’a pas augmenté au cours des dix dernières années;
  • Un dysfonctionnement de certaines zones du cerveau et une sous-production des trois neurotransmetteurs impliqués seraient à l’origine de l’activation des symptômes;
  • Ne se guérit pas, il persiste durant l’adolescence et l’âge adulte;
  • La majorité des personnes ayant un TDA/H développent un ou plusieurs troubles associés tels que : troubles du comportement, troubles anxieux, retard d’apprentissage, etc.;
  • Le TDA/H génère des répercussions importantes sur le fonctionnement personnel, affectif, familial, social, scolaire et professionnel;
  • La médication n’est pas une potion magique : elle doit obligatoirement être associée à un traitement multimodal.

 

MYTHES ET PRÉJUGÉS

LE TDAH N'EST PAS :

  • Un trouble du comportement ou des conduites: Par contre, une estime de soi fragilisée, entre autres, pourrait avoir comme conséquence que l'enfant développe un trouble du comportement tel que le trouble d'opposition/provocation, des comportements délinquants...
  • Une maladie scolaire: Le milieu scolaire ne cause pas le TDA/H et  n'est pas le seul endroit où on en observe les manifestations. Toutefois, plusieurs de ces enfants, dès la maternelle, deviennent "malades de l'école". Le rejet, les reproches, les punitions, le retard académique, les échecs et les frustrations à répétition, encore une fois, ont un impact sur l'estime de soi. On peut voir apparaître, dans certains cas, des problématiques telles que l'anxiété, l'anxiété de performance, la phobie scolaire, des traits dépressifs et le développement d'un trouble du comportement et des conduites. 
  • Un trouble d’apprentissage: Malgré le lobbying de certains groupes auprès des instances décisionnelles et du milieu médical, le TDA/H n'est pas un trouble d'apprentissage spécifique. Bien qu'un nombre impressionnant d'enfants qui ont un TDA/H cumulent des retards scolaires, ceux-ci ne dégénèrent pas nécessairement en trouble d'apprentissage. Néanmoins, le TDA/H est souvent associé à des troubles d'apprentissage tels que la dyslexie, la dyspraxie, les troubles du langage...
  • Une difficulté qui se résorbe à l’adolescence : Les symptômes du TDA/H sont présents depuis l'enfance et des études ont permis d’établir qu'ils persistent à l'âge adulte dans la majorité des cas. les symptômes peuvent cependant changer tout au long de la vie; l’hyperactivité de l’enfance peut évoluer en agitation à l’adolescence et se transformer à l’âge adulte en sentiment profond d’être incapable de s’arrêter. Puisque le niveau d’attention demandé augmente avec l’âge, l’inattention peut apparaître de façon plus évidente à l’adolescence ou à l’âge adulte.
  • Le résultat d’une mauvaise éducation ou d’une absence de discipline : Cependant, la façon d’élever un enfant atteint de TDA/H peut moduler l'expression et l'évolution des symptômes. Par exemple, la présence ou l'absence de support et d'aide pour pallier à ce trouble peuvent entraîner de l'anxiété, des atteintes de l'estime de soi, et des problématiques de comportement.
  • Une conséquence reliée à la pauvreté.

VIDÉO SUR LE SUJET

Les études scientifiques ont démontré que le cerveau des personnes atteintes de TDAH fonctionne différemment. Cette capsule revise quelques éléments en neuropsychologie, en imagerie cérébrale et en neurobiologie qui aident à mieux comprendre ces différences.
Cette capsule est un extrait de la conférence du docteur Annick Vincent « Le TDAH chez nos jeunes qui grandissent » réalisée le 17 octobre 2012 au cégep de Sainte-Foy. (20 min.)